| Page derniér |

La Famille D'ASKY et sa parenté possible avec la famille D'AUBIGNÉ

D'après la tradition familiale, Marie Thérèse Mallet aurait été decapitée à Nantes pendant la Révolution. Le séjour de Marie Thérèse Mallet dans l'Ouest de la France est à rapprocher du séjour de Jean Ades, époux d'Aubigné dans cette même région. 1)

La famille d'Adesky reprit le patronyme Ades pendant la révolution française, à l'exception toutefois de François, Charles , Michel d'Adesky qui prit fait et cause pour la Royauté et partit en émigration.

Le changement de patronyme des frères et sœurs de François est attesté par les documents suivants: l'extrait de baptême délivré à Louis , Antoine, Nicolas avant la révolution cité comme d'Adesky (Annexe III) tandis que celui délivré pendant la Révolution ne le mentionne plus que sous le patronyme Ades (Annexe VII).

Louis a été cadet-gentilhomme comme son frère François, et il servit sous l'Ancien Régime au Régiment Royal Suédois d'infanterie. A la révolution, il rejoint les troupes républicaines (Annexe VIII). Notons encore que Louis était parent du maréchal Kellermann (Duc de Valmy) et qu'il fonda la Société des "Amis de la Constitution de la Liberté et de l'égalité de Saverne"; cette société était affiliée aux Jacobins (source: dossier officier Louis Ades, Service Historique de l'Armée). Le document figurant à l'Annexe IX est l'attestation prouvant le loyalisme de la famille Ades envers la République. Il est inexact en ce sens qu'il ne stipule évidemment pas que François, quant à lui, s'engagea en faveur de la Royauté.

François, Charles , Michel d'Adesky, officier au Régiment de Bouillon (98ème d'infanterie allemande), émigré le 20 avril 1792 pour rejoindre l'Armée royale du Prince-frère de Louis XVI. Il est blessé lors du Blocus de Thionville. Démobilisé lors du licenciement de l'Armée Royale il s'installe en Belgique, où il épouse en seconde noce Agnès Hocquart. Il essaie vainement par la suite de reprendre du service dans les armées royales et ne peut bénéficier sous la Restauration de l'ordre de Saint-Louis, étant donné qu'il n'atteint pas le nombre d'années de service requis pour l'obtenir. Néanmoins en 1827, il reçoit par l'intermédiaire du Vicomte Hector d'Agoult, Ambassadeur de France à La Haye, une pension de 300 francs sur la liste civile

Il rentre à Saverne en 1829 et rencontre l'animosité de ses frères et sœurs à cause de problèmes d'héritages et de sa conduite pendant la Révolution. Lors des évènements de Juillet 1830 il essaye à nouveau de se faire enroler dans l'Armée, et après l'abdication de Charles X il quitte la France et s'installe définitivement à Huy en 1831. Ne recevant plus de pension sur la liste civile il mèn une existence peu fortunée et pour survivre devient interprète et instuteur d'allemand.

Les alliances des frères et sœurs de François sont mentionnées dans l'Annexe I. l'objet d'une future recherche serait de retrouver un descendant de ces frères et sœurs .

La famille devient belge à partir de Félix, Frédéric et d'Edouard nés en Belgique et de mère belge (Agnès Hocquart). Edouard est probablement né vers 1803. Selon la tradition familiale, Edouard se serait illustré au combat à la tête d'un bataillon pendant la Révolution belge de 1830, révolution qui fut à l'origine de l'indépendance de la Belgique.

La Famille d'Adesky (originellement Ades) est déjà (probablement) installée en Alsace à la fin du XVI ème siècle. Le fait que cette famille bourgeoise soit catholique dans cette terre d'Empire pourrait aussi indiquer qu'elle est arrivée en Alsace en 1648 avec les troupes de Louis XIV. Nous pencherons plus vers une origine alsacienne antérieure à la venue de Louis XIV, étant donné, d'une part que les prénoms de ces membres sont germaniques (dans cette étude seule leurs formes françaises ont été transcrites )et, d'autre part, que sur les inventaires après le décès de Mathias Ades époux Wirtz et de Georges Ades époux Eber il est mentionné : Bourgeois de Krautergersheim, ce qui pourrait signifier qu'ils soient nés à Krautergersheim, ce qui pourrait signifier qu'ils soient nés à Krautergersheim.

Coincidence curieuse : Mathias Ades, son épouse Catherine Wirtz et son frère Georges Ades sont tous morts la même année.

1) Jean Ades (procureur á Carnaix) & probable en lére noce avec Francois de Maintenon d'Aubigné, fille de Théodore Agrippa d'Aubigné. Il eut des filles. En 1690 il ne renarie avec la veuve de son oncle, Catherine EBER. Aucune é de ce mariage.

Arbre Généalogique.

Åge Skjelborg. All rights reserved. Bless the beasts and the children and all creatures great and small, man.
Oslo, Norvége, Novembre 2000